Cofina lance sa première opération de remboursement d’obligations pour un montant de 3,65 milliards de francs CFA

Abidjan, Côte d'Ivoire, 28 novembre 2018

Le Groupe COFINA, première institution africaine de mésofinance, annonce la première tranche de remboursement des obligations émises en avril 2018 par le FCTC COFINA. Pour mieux répondre aux problématiques de financement de ses clients, COFINA avait en effet procédé à la titrisation de créances sur le marché financier ouest africain, marché commun des huit pays pays de la zone de l’Union Economique de Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

pg6q11pklt-image.png

Jean-Luc Konan, CEO et fondateur de COFINA

© Cofina / Vincent Bourdon 

 

Portant sur un montant de 10 milliards de francs CFA (environ 15 millions d’euros) elle a donné lieu à un première échéance de 3, 65 milliards de francs CFA (5 564 389 €) le 18 novembre 2018, à travers le Fonds Commun de Titrisation de Créances (FCTC) constitué à cet effet.

Le paiement de cette première échéance par le FCTC COFINA est consécutif aux bonnes performances de recouvrement réalisées par les filiales cédantes (CAC et COFINA Sénégal) intervenant en qualité de gestionnaires des créances. Cette performance a notamment permis au fonds, dont la gestion est assurée par Africa Link Capital Titrisation, de maintenir la qualité de sa notation suite à la revue semestrielle réalisée par l’agence de notation WARA, avec une note de tAA (soit deux crans en dessous de la note maximale).

 

Pour rappel, l’opération a donné lieu à l’émission d’un million de titres souscrits au prix de 10 000 francs CFA (15,25 €), assortis d’un taux facial de 7,50% brut l’an pour une maturité de 18 mois. La titrisation permet de lever des fonds en cédant un portefeuille de créances transformées en obligations, dont le remboursement ultérieur permet de rémunérer les investisseurs.

« Les difficultés d’accès aux capitaux des entrepreneurs et des PME en Afrique constituent un obstacle majeur à leur croissance, avec seulement 6,4 % des PME d’Afrique subsaharienne qui déclarent avoir eu un accès à un financement auprès des institutions financières. Nous recherchons des mécanismes innovants dans le but d’optimiser l’utilisation des fonds propres tout en renforçant notre capacité d’octroi de crédit et en élargissant la base d’investisseurs. Le remboursement des obligations est un succès pour COFINA, qui a ainsi accru ses capacités de financement au service de ses clients. Cette étape marque l’entrée du groupe COFINA dans une nouvelle phase de son développement, lui permettant de s’adapter à des clients exigeant une ingénierie financière toujours plus souple, afin de tirer parti des nouvelles opportunités ouvertes par les économies africaines. »

rappelle Jean-Luc Konan, fondateur de Cofina.

 

Contacts Presse

Informations